ACTUALITES




Retrouvez tous les mois sur notre
site l'essentiel de l'actualité
sociale, fiscale et du droit des
affaires.
  • Droit social (Tout voir)
    01/01/2021
    « […] la qualification de travail à temps partiel et le formalisme aff... En savoir plus
  • Fiscalité (Tout voir)
    01/01/2021
    «[…] le bénéfice de l'abattement prévu par l'article 150-0 D ter ... En savoir plus
  • Droit des affaires (Tout voir)
    01/01/2021
    En présence de baux dérogatoires successifs, la loi Pinel (entrée en vigueur le... En savoir plus
  • A savoir également (Tout voir)
    15/11/2021
    Dépôt de la déclaration n° 2787 et paiement au service des impôts des ... En savoir plus

Outils

  • Chiffres clés (Tout voir)
    01/01/2021
    71 554 018 cas confirmés dans le monde ; 15 130 100cas confirmés en Europe ; 2 490946c... En savoir plus
  • Calendrier fiscal (Tout voir)
    31/12/2021
    Date limite d'option pour le paiement de la TVA à partir du 1er décembre 2021 pour les... En savoir plus

Actualités - A savoir également

Un acte de naissance apocryphe, même transcrit, ne permet pas la délivrance d'un certificat de nationalité française

01/12/2020

« Le juge est tenu de vérifier la régularité […] des actes de l'état civil étrangers qui ont été produits au soutien de la demande de délivrance d'un certificat de nationalité française. […].

[…] En l'état de ces constatations et énonciations, la cour d'appel, saisie d'une contestation portant sur les certificats de nationalité délivrés à Mme K..., a souverainement estimé que l'acte de naissance étranger produit à cet effet, était privé de toute force probante en raison de son caractère apocryphe, ce qui impliquait nécessairement que sa transcription consécutive sur les registres de l'état civil français, laquelle n'avait pu le purger de ses vices, en était également dépourvue, rendant inutile l'annulation préalable de l'acte transcrit. Elle en a exactement déduit, sans inverser la charge de la preuve, que les certificats de nationalité avaient été délivrés à tort et que Mme K..., à défaut de justifier d'un état civil certain, échouait à démontrer qu'elle était française à un autre titre. ».

Ainsi, pour la Cour de cassation, la régularité d’un acte ne saurait se déduire de sa transcription au service central d'état civil ; celle-ci n’ayant jamais pour résultante de le purger de ses vices. Un acte de naissance douteux ne peut donc justifier la délivrance d’un certificat de nationalité française (CNF),  au motif qu’il a été transcrit.

Cass.1reciv., 8 juill. 2020, n° 19-15.088